Bienvenue !

Aux curieux, aux sceptiques, aux flâneurs, aux inspirés, aux couturiers du dimanche, aux amateurs de pilou, de Michael Miller et de doudous glam, aux noctambules de la mac, aux fans de tissus de zombies, aux égarés chelous qui n’auraient pas du taper « poils David Bowie » sur Google, à la famille qui soutient, aux anciens potes qui se marrent, bref, à vous, visiteur, qui que vous soyez : bienvenue.

Alors si ça te va, je te tutoie. Et bim, on est copains. Voilà, installe-toi, hop hop hop, on est bien, petit coussin, clope ou carré de chocolat, un thé à la main ou une bière qui va bien, fais-toi plaisir, on est là pour ça. Sur un blog de couture, ouais, exactement. On est là pour se faire plaisir, sur un blog de couture. Je te sens sceptique ? Non ? Et bah pourtant tu devrais.

Non parce que je ne sais strictement pas ce qu’il va se passer ici. Comme je ne sais strictement pas si on doit écrire « ce qu’il va se passer » ou « ce qui va se passer ». Je peux m’arracher les cheveux des heures sur ce genre de phrase. Des heures d’angoisse. Des nuits entières qui se blanchissent sur ce genre de trucs… quand c’est pas l’obsession d’aller vérifier pour la quinzième fois que le môme ne se soit pas etouffé dans sa couverture remisée par sécurité en haut de son placard, qu’il aurait été cherchée en pleine crise de somnanbulisme avant d’escalader les yeux fermés les barreaux de son plumard pour venir s’écraser sur son matelas, le nez enfoncé dans la dite couverture, avec une paralysie momentanée à partir de la quatrième cervicale qui l’empêcherait de pouvoir se dégager, associée à une narcolepsie ultra-profonde qui fait que jamais, ô grand jamais, il ne serait susceptible de se réveiller un chouilla pour alerter sa frangine qui dort à deux mètres, et sa mère à dix, etc, etc, etc… Des nuits entières, je te dis.

Ca va ? On s’amuse déjà un peu, non ? Ah ah. Fais donc des gosses, tu verras, on est tout de suite moins difficile après. Moi j’en ai fait deux. D’un coup. C’était pas prévu mais on a pris quand même. Je t’épargne l’épandage, on a dit blog de couture, pas de fantastique parentalité. Et je prends une pause, deux minutes. Et ne vas surtout pas t’imaginer que je vais vérifier si le môme va bien.

Alors un blog de couture. Pourquoi ?

(Le môme va bien. La couverture aussi).

Parce que je couds, un peu, beaucoup, quand ça me prend. Je me suis mise à coudre à la naissance des mômes, à un moment où l’overdose de mauve à frou-frous des rayons petite fille du prêt-à-porter s’annonçait fatale. Un an plus tard, je collectionne les tissus à motif zombies et mes gosses sont habillés pour halloween à longueur d’année. Deux ans plus tard, je suis en couple avec ma machine et mon mec avec mon chat. Oui, je couds la nuit, et j’aime bien ça. Pas autant que mon mec, mais plus que mon chat.

Mon nouveau truc ? Créer des trucs. Après avoir écumé les blogs des expertes, fait mes armes grâce aux tutos des généreuses, épaté la galerie avec des modèles qui n’étaient pas les miens, j’ai eu envie d’être plus créative qu’artisan, et c’est comme ça que sont nés les premiers modèles « Ainsi font les RekinCitrons ».

Alors un blog de couture pour ça, pour accompagner le mouvement créatif, déposer quelque part ces trucs originaux sortis de mon crâne et de ma machine. Ce blog comme un private océan pour les coutures du Rekin. L’occasion de rencontrer quelques pirates de la bobine, quelques corsaires de la surjeteuse…

Oh oh ! Quand je te disais qu’on allait se marrer ! Oui, tu attends toujours, je sais. Finis ta bière, sois gentil. Moi je lance mon blog, et je réfléchis à la suite, promis.

Publicités