Alors ma fille a un bébé. Deux ans, la tétine vissée à la bouche, trois mots de vocabulaire, et pourtant, la chapitounette, elle a déjà un bébé. En plastique, d’accord, mais faut voir avec quel réalisme elle s’en occupe. « Bébé caca » qu’elle me dit derrière son petit regard tout habité, tout en retirant le froc de bébé pour lui laver les fesses avec son torchon-doudou.

Et elle y va, sérieuse comme un pape, « nettoie zizi » et « nettoie fesses » et « met cacouche ». Oui parce qu’ici, depuis deux mois, les mômes disent « cacouche ». Bon. Encore un mystère pour les parents largués que nous sommes ; on a pensé à un mix de caca-couche, va savoir – et là c’est plié, je vais être obligée de mettre caca en mot-clé de cet article.

Alors que le sujet est tout autre ! Déçu ? Oh, toi t’es tombé là avec une recherche google inavouable, c’est ça ?

Non non, le sujet, rien à voir. Ma fille a donc un bébé, un poupon payé trois bras qui sent bon la vanille – discutable – et donc pas le caca (et bim !), quoiqu’au bout de deux mois de virées avec bébé qui pendouille au bout d’un bras de louloute, trainé par terre, dans la pelouse, au parc, dans le bac à sable géant qui sert de litière aux clebs du quartier, on n’en est plus très loin.

Mais ma fille s’en fout. Total. C’est calinoux non-stop, « bébé jétèm », et maternage à plein temps. Bébé mange avec la dinette – sauf qu’il veut pas ouvrir la bouche le salopio, louloute pige pas, louloute s’interroge, maman rationnalise. Bébé prend le bain – mais y’a pas d’eau dans la baignoire de bébé, louloute fronce les sourcils, louloute s’agace, maman inspire. Bébé téléphone, et ouais, précoce, bébé – sauf que bébé dit pas allo, louloute insiste, louloute s’énerve, maman expire profondément. Et bébé dort, alleluia, bébé fait la sieste, maman adore ce bébé qui entraîne sa petite maman vers les joies du dodo de mi-journée – sauf que « bébé pas de lit !! » et ça commence à perler de la flotte dans les yeux de louloute, et là bim ! (« bim », second mot-clé, adjugé) maman respire, ça elle va pouvoir gérer, sans trop de heurts, ni de rappel casse-gueule à la réalité.

Ainsi fut né le next projet de couture, un couffin pour bébé. J’ai réfléchi à ce que je voulais. Deux minutes. Puis suis partie en quête d’un peu d’inspiration dans la grande mare du web. J’ai rapidement trouvé mieux que ça, en tombant sur le site d’Au petit bonheur et son Tuto couffin de poupée parfait que je me suis empressée de réaliser (techniquement, ça s’est passé un mois plus tard, à l’issue d’une furtive journée de congé sans les mômes, le genre de Graal dont tu savoures chaque gorgée, et là tu serais peut être tenté de me dire « nan mais justement, en parlant de gorgée qui se savoure, t’avais pas autre chose à faire de ton unique journée de congé ? », mais chut, résiste, ne dis rien copain).

Et tadam !

Un peu grand – louloute peut éventuellement dormir dedans -, pas assez robuste – j’ai utilisé de la ouate molletonnée peu dense, Au petit bonheur conseille de la mousse, à juste titre, chose que je tente pour le prochain, quand le frangin m’en demandera un pour son bébé à lui -, et trop de motifs tue le motif – bah ouais mais j’y peux rien, je suis une adepte congénitale du tissu à motif.

Mais hey, je sais pas toi, mais moi je l’aime bien ce couffin.

En tout cas merci à Au petit bonheur pour le partage de son magic tuto, je vous le conseille chaudement !

Et merci au Mec pour son incroyable spontanéité qu’on adore et tout le soutien qu’il nous apporte dans notre quotidien de mère dévouée :

« Tiens ? T’as fait une panière pour le chat ? ».

Publicités